Rencontre avec Nadir Dendoune

13161976_1698449490411024_5691331972533457660_o.jpg
 

Rencontre avec Nadir Dendoune, vainqueur de l'Everest. 
Une experience qu'il raconte dans "Un tocard sur le toit du monde", paru en 2010 aux éditions JC Lattès et réédité en 2016 chez Pocket.


« J’ignorais comment, mais je savais que j’y arriverais. 
Gravir les mythiques 8848 mètres, qui font de l’Everest le Toit du monde, un sommet réservé aux alpinistes les plus expérimentés. Moi, d’expérience, je n’en avais pas. Aucune. Je n’avais jamais enfilé de chaussures cloutées, jamais essayé un piolet, ni un mousqueton, jamais mis le nez dans le tas de cordes dont les grimpeurs se saucissonnent avant de commencer une ascension. J’avais bien grimpé les murs d’escalade au pied de ma cité, à l’lle-Saint-Denis, mais à part ça… 
Alors, pour intégrer un groupe de professionnels, j’ai pipeauté mon CV. A l’organisateur de l’expédition, j’ai fait croire que j’avais grimpé le Mont-Blanc et le Kilimandjaro. J’aurais pu aussi bien dire l’Annapurna ou la Lune, ça ne coûtait pas plus cher. Mais ça a marché. Je pense que dans la tête du gars, personne ne serait assez fou pour se mesurer à l’Everest sans une expérience en béton armé. Je me disais : j’ai connu la galère, la violence des HLM du 93, j’ai réalisé un tour du monde à vélo, j’ai fait le bouclier humain en Irak, et je suis même devenu journaliste à France 3, alors l’Everest… J’avais tort. Là-haut, j’ai failli laisser ma peau. Plusieurs fois.
Tout au long de cette aventure qui a duré deux mois, j’ai pensé très fort à mes parents, illettrés Algériens. J’avais un super concept en tête : une fois au sommet, je planterais côte à côte les deux drapeaux, le français et l’algérien. Une manière de réconcilier mes deux identités, moi qui suis si paumé d’être d’ici et de là-bas, c’est-à-dire de nulle part. Finalement, j’ai confectionné un cœur en carton et j’ai écrit dessus le chiffre 93. Le département le moins aimé de France. Celui où j’ai grandi et que je ne quitterai pour rien au monde. »


À voir également

Web_Mansouri.jpg

Lecture, "Une femme sans écriture", de Saber Mansouri, éd. Seuil

Lecture, par Pauline de coulhac et Benoît Hamelin, de passages choisies du roman Une femme sans écriture, en présence de l'auteur.

Lire la suite

TheaTristan.png

"Un homme qui dort" de Georges Perec

Lecture en musique par le comédien Antoine Le Roy et l'accordéoniste Antonio Garcia

Lire la suite